L’éditorial de la Radio Télé Express pour l’année 2017

Autant les années passent et le monde évolue, autant les valeurs haïtiennes s’effondrent et Haïti s’anéantit. Haïti, la première République noire indépendante, le premier pays noir qui a donné le ton aux hommes du monde entier afin qu’ils soient libres et égaux en droit, vit des moments que personne n’ose croire ni ne peut comprendre.

Toute indépendance révèle une forme et une action de gouverner. Et depuis la nôtre, en janvier 1804, qu’il soit despote, dictateur, démocrate, libéral… les chefs d’état haïtiens qui se sont succédé au pouvoir ont connu la mort par l’assassinat, l’exil par le déchouquache et très rares sont ceux qui ont terminé leur mandat sans connaitre la violence.

Malgré les différentes formes de gouvernement qu’a connu Haïti, ça n’a pas changé la situation de la grande masse populaire qui rêve les yeux grands ouverts d'une Haïti sans discrimination, sans hypocrisie, sans inégalité, sans injustice…

Sachant que l’esprit d’indépendance devait engendrer une liberté sans inégalité de races ni de classes, une vie sans intérêt du pouvoir personnel et de l’argent, une vie sans controverse, on penserait qu’Haïti serait le paradis sur terre.

 Cependant, à cause de l’hypocrisie de nos dirigeants, une hypocrisie, source de corruption, d’inégalités économiques, de racisme et de luttes claniques, on s’enfonce dans une crise de confiance.

Le pouvoir démocratique dont rêve le peuple haïtien depuis près d’une trentaine d’années est loin d’être une réalité puisque la grande majorité de la population ne cesse d’être privée des besoins sociaux les plus élémentaires pendant que des personnes instruites, des leaders politiques, des dirigeants d’entreprises, des hauts fonctionnaires se rendent coupables d’escroquerie, de fraudes, de vol…

L’année deux mille seize (2016), qui marque les deux cent douze années (212) d’indépendance, fut une année de transition, une transition profitable à un clan et néfaste à l’autre. Une transition qui n’en finit pas à la recherche de la démocratie participative.

Qui ne se souvient pas de l’épisode d’après Martelly pour avoir un chef d’État pour administrer le palais national?

Qui peut se dire sous quelle égide constitutionnelle le pays est administré depuis 2010?

Qui donne un bilan des actes et actions menés par les Nations Unies, de 2004 à nos jours ?

Qui explique la hausse vertigineuse du dollar vert par rapport à la gourde, soit un dollar américain pour soixante-sept gourdes?

Qui se penche sur le problème de paiement des arriérés de salaire pour les professeurs des Universités publiques, au programme de scolarisation universelle PSUGO?

Qui intervient pour éradiquer les maladies de choléra et Zika qui continuent à frapper le pays?

Qui prend la défense des immigrants Haïtiens que la république voisine refoule vers l’alma mater?

Qui contrôle les millions de gourdes qui s’enfuient et qui s’injectent dans l’économie dominicaine journellement?

Qui a empêché les médecins stagiaires de faire plus de deux mois de grève dans les hôpitaux publics ?

Qui a empêché le dysfonctionnement de certaines administrations publiques par des manifestations des employés ?

Haïti est au dixième rang des états les plus fragiles et très vulnérable au monde. Les statistiques parlent de moins de deux pour cent de couverture forestière à cause de l’exploitation et la consommation du charbon de bois.

Les infrastructures routières, énergétiques, sanitaires, scolaires et touristiques se font de plus en rare.

 La grande partie sud du pays est sans ressource après le passage de l’ouragan Matthew en octobre 2016.

 L’intérêt politique passe avant les intérêts économiques et sociaux.

 Haïti se trouve dans l’œil du séisme entre les plaques sismiques Nord de l’Amérique et la Caraïbe.

 La grande majorité de l’élite intellectuelle fuit le pays à un rythme accéléré.

 Pour une population d’environ dix millions d’habitants, quarante pour cent est illettré et dix pour cent vit à l’extérieur.

Quel avenir pour le peuple haïtien ?

 

 Jacques Jean-Pierre



Share this post